2 bis avenue Paul doumer 80500 Montdidier

Dernières news Ciné

Mort de Jacqueline Pagnol, femme de Marcel et première Manon des sources Mort de Jacqueline Pagnol, femme de Marcel et première Manon des sources
L'actrice Jacqueline Pagnol, veuve de Marcel Pagnol, est décédée hier à l'âge de 95 ans. Elle fut la première interprète de Manon des sources en 1952.
En savoir plus

 

Ce soir à la télé : on mate "Dikkenek" et "Chouchou" Ce soir à la télé : on mate "Dikkenek" et "Chouchou"
Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? Les membres de notre rédaction vous indiquent les films à voir à la télévision. Au programme : une comédie belge culte, Gad Elmaleh se travestit et un film de science-fiction signé Paul W.S. Anderson.
En savoir plus

 

Le jour où David Scwhimmer a refusé Men In Black : il explique enfin pourquoi... Le jour où David Scwhimmer a refusé Men In Black : il explique enfin pourquoi...
Ce n'était pas un secret : David Schwimmer, alors l'une des stars de Friends, avait refusé le rôle principal de Men In Black, qui échoua ensuite à Will Smith. 20 ans plus tard, il explique sa décision...
En savoir plus

 
Plus de news ciné avec Allociné
 

Bandes annonces

Instinct de survie - The Shallows Bande-annonce (2) Instinct de survie - The Shallows Bande-annonce (2)

Voir la bande annonce

 

Dernier train pour Busan Bande-annonce (2) Dernier train pour Busan Bande-annonce (2)

Voir la bande annonce

 

Star Trek Sans Limites : la bande-annonce finale Star Trek Sans Limites : la bande-annonce finale

Voir la bande annonce

 
Plus de bandes-annonces
 

Nos films à l'affiche

Nous n'avons pas de film à l'affiche actuellement.
Pour connaitre nos prochaines projections, cliquez ici.

 

Bienvenue sur le site officiel du Cinema Hollywood Avenue de Montdidier (Somme)

 

 


 

 

A la une

Record d’entrées au cinéma durant la canicule

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 19/07/2015 à 15h41

Courrier Picard: Juillet 2015

Le beau temps semble avoir comblé le cinéma de Montdidier (au sud-est d’Amiens). Le Hollywood avenue cinema vient de vivre une semaine record pour cette année 2015. Les fortes chaleurs de la première semaine de juillet ont visiblement incité le public à aller au cinéma. D’autant plus qu’une comédie était à l’affiche : Les Profs.

PUBLICITÉ
 

Ce sont 1 024 entrées enregistrées durant cette semaine du 29 juin au 5 juillet. Le record annuel de l’année 2014, avec 24 000 entrées, sera-t-il battu en 2015 ?

 
 

La Soirée filles remplie le cinéma de Montdidier

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 03/03/2015 à 15h48

Courrier picard du 02 mars 2015

Ils sont venus de loin. Yvon et Virginie arrivent de Béthune (Pas-de-Calais) pour participer à la Soirée filles organisée samedi 28 février par le cinéma Hollywood avenue. «  Elle adore Dirty dancing et c’est le seul endroit où j’ai trouvé une projection de ce film  », explique Yvon. Il est l’un des rares hommes venus à la soirée qui a accueilli 160 personnes. Les femmes sont venues en force. Entre copines ou en famille, comme Sylvie et Éléonor, mère et fille. «  C’est bien, c’est festif  ».

Certains hommes ont suivi leur compagne les yeux fermés. «  Lundi ; je me suis dépêché de nous prendre des places. Il ne sait pas ce qu’il va voir  », sourit Sarah. Son mari Cédric, impassible, attend de voir pour juger. Ils sont arrivés à 19 h 30 pour une séance programmée à 20 heures. «  Et pourtant, nous n’avons pas pu prendre notre place habituelle  », s’amuse Sarah. Les premiers arrivés étaient là à 19 heures.

Un peu plus loin, un groupe de copines se filme avec le portable de l’une d’entre elles, en riant. Le thème, les ballons accrochés partout, et même des bougies dans l’entrée du cinéma, mettent dans l’ambiance romantique des deux films. «  Je pensais que le public allait jouer avec les ballons accrochés aux sièges, pour faire gagner l’affiche aux personnes les plus rapides à les rattraper. Mais ils ont été sages  », raconte Fabien Lheureux, une fois la première projection lancée. Les applaudissements de la salle l’ont encouragé. Cette Soirée filles est une première pour le cinéma municipal. «  C’est l’idée d’une des habituées du cinéma  », explique-t-il au public, qu’il encourage à proposer d’autres idées d’événements.

Puis, retour dans l’entrée. Fabien Lheureux, Marlène et Michel s’affairent. À trois, ils vont déballer, disposer et remplir 160 verres du cocktail prévu pour l’entracte. À la fin de la soirée, certains sont partis avec des affiches, d’autres avec des ballons. Mais tous semblent ravis de l’initiative. Et en redemandent.

C. La.

 

 
 

MONTDIDIER (80) – La Soirée filles du cinéma a attiré près de 200 personnes - Courrier Picard du 01 mars 2015

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 01/03/2015 à 15h18

Ils sont parfois venus de loin pour cette Soirée filles du cinéma Hollywood avenue, à Montdidier (Somme). Deux films, un cocktail et une ambiance bonne enfant du côté public, mais aussi bénévoles.

 

Un succès. Le cinéma Hollywood avenue de Montdidier, dans l’est de la Somme, a accueilli 160 personnes, samedi 28 février pour sa Soirée filles. Cet événement consistait en la projection de « Cinquante nuances de Grey » puis de « Dirty dancing », des surprises et, à l’entracte, un cocktail. Les femmes sont venues en très grandes majorité, mais quelques hommes étaient aussi présents. Certains spectateurs sont venus de loin, comme ce couple originaire de Béthune dans le Pas-de-Calais. «  Elle adore « Dirty dancing » et c’est le seul endroit où j’ai trouvé une projection de ce film  », explique Yvon.

Pour s’occuper de tout ce petit monde, seules trois personnes. Fabien Lheureux, gérant du cinéma, accompagné de Marlène et de Michel. Pendant la première projection, ils ont préparé le cocktail et installer les sucreries.

Pour ceux qui auraient raté la soirée et qui souhaiteraient voir les deux films projetés samedi, une session de rattrapage à lieu dimanche 1er  mars dans l’après-midi. « Cinquante nuances de Grey » à 14 h 30 et « Dirty dancing » à 17 heures.

Plus d’informations : 03 22 73 08 21.

ntesque à l’écran… Le cinéma, c’est le rêve, même en coulisses.

 

 
 

Les coulisses du cinéma de Montdidier se dévoilent

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 01/03/2015 à 15h09

Courrier picard du 27 février 2015

 

Fabien Lheureux, projectionniste du cinéma municipal de Montdidier, a la tête pleine de projets : expositions, projections spéciales et même plongée dans l’invisible du métier.


Dans les coulisses, le projecteur numérique côtoie l’ancien en 35 mm.
 

Que se passe-t-il derrière les rangées de fauteuils du cinéma, tout au-dessus des têtes de spectateurs ? C’est le domaine du projectionniste, mécanicien magicien qui fait naître les images. Au cinéma municipal de Montdidier, Hollywood Avenue, c’est Fabien Lheureux qui en a endossé le costume en 2011. Depuis, il élève le métier, en relevant un challenge culturel. Après avoir battu le record de fréquentation avec 24 500 entrées en 2014, il passe à l’offensive cinématographique. Soirées spéciales, expositions, visites des coulisses… L’année s’annonce chargée.

La soirée Cinquante nuances de Grey bouclée, le cinéma change de registre et s’allie à l’atelier vidéo du lycée Jean-Racine. Les jeunes prennent les commandes et proposent leur « Ciné-culte », de vieux films devenus des classiques, qu’ils assortiront d’une critique vidéo de leurs soins. Galop d’essai le 10 mars, avec Boulevard du crépuscule, daté de 1950. Une époque où les films étaient avant tout de grosses bobines de pellicules, que les projectionnistes devaient coller, monter, préparer… L’époque du 35 mm. «  L’image est magnifique, sourit Fabien Lheureux, mais c’est vrai que c’était plus fragile, moins pratique. » Il déroule une galette, montre les 24 images qui défilent pour former une seconde à l’écran. Le souvenir d’un métier qui a évolué à grande vitesse ces dernières années. «  Aujourd’hui, nous projetons tout en numérique, fini les heures passées à monter ou démonter. » Comme sur un logiciel pour les particuliers, le projectionniste télécharge et récupère le fichier, ses versions originales, sous-titrées… Sur l’écran tactile, il n’a plus qu’à lancer la machine et le rêve commence sur l’écran. Le temps gagné, «  nous le passons à communiquer, à promouvoir les séances, les soirées  », explique Fabien Lheureux.

 

Un vieux projecteur en 35 mm

Mais le projecteur en 35 mm n’a pas disparu. Il trône fièrement à côté de son équivalent numérique, fidèle machine à laquelle Fabien Lheureux est toujours aussi attaché, «  j’ai du mal à m’en séparer, même aujourd’hui, ça reste un format mythique  ». Au point que l’Association pour le cinéma et l’audiovisuel en Picardie (Acap) lui consacre une exposition photos, à laquelle a participé le projectionniste. Au Hollywood Avenue, Fabien Lheureux la fera coïncider avec des visites de la salle de projection, les coulisses du métier. «  L’expo s’appelle De l’invisible au visible, tout est dit. » Invisible qui conserve toutefois ses secrets, sa part de magie : ce gaz en néon qui permet de donner vie aux images, ce minuscule interstice par lequel s’échappe la lumière qui devient gigantesque à l’écran… Le cinéma, c’est le rêve, même en coulisses.

 

 
 

Bulletin municipal Décembre 2014

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 20/12/2014 à 15h15

 
 

La Résistance a son festival à Montdidier - Courrier Picard du 01/02/2014

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 08/02/2014 à 11h16

| MONTDIDIER |

Des documentaires, des concerts et des rencontres sont bientôt prévus autour de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

Le festival se veut accessible à tous les publics. Chaque projection de film est suivie d'un débat, pour partager ses idées.

C'est une première : le festival Doc'en Picardie prendra, du 7 au 9 février, ses quartiers à Montdidier. Ce festival organisé par Images contemporaines avec le concours de la Ville, a choisi le thème de la Résistance. Un thème autour de la Seconde Guerre mondiale alors que cette année marque le centenaire de la Première ? « Ce n'est pas illogique. Certes, ce sont les 100 ans du déclenchement de la Grande guerre. Mais ce sont aussi les 70 ans du Débarquement de Normandie », explique la codirectrice générale et artistique du festival, Laurence Karsznia. Et d'ajouter : « Coïncidence du calendrier, le festival débutera avec des séances réservées aux écoliers le jeudi 6 février, soit 80 ans après une manifestation de l'extrême-droite vers l'Assemblée nationale, le 6 février 1934 ».

Pour les organisateurs, parler de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale permet aussi de parler des conséquences de la Première Guerre mondiale. Mais aussi de mettre en avant une génération qui s'est battue pour des valeurs toujours mises en avant aujourd'hui. « Cette période, c'est l'arrivée de la Sécurité sociale par exemple, mise en place par le conseil national de la Résistance ».
 

Des documentaires gratuits
 

Les élèves des établissements scolaires de Montdidier auront la chance de rencontrer Élisabeth Helfer-Aubrac, fille des résistants Lucie et Raymond Aubrac. Elle sera aussi à Montdidier pour l'inauguration d'une rue portant le nom de Lucie-Aubrac, vendredi 7 février.

Quant au choix de Montdidier, les organisateurs assurent qu'il s'agit de s'ouvrir à un public qui a un accès moins évident à ce type d'événements. Durant trois jours, huit projections de films, quatre concerts et une exposition sont au programme. Et tout ceci est accessible gratuitement pour s'ouvrir au plus grand nombre.
 

CÉCILE LATINOVIC



Informations : images-contemporaines.com ou au 03 22 73 08 21

 

A LIRE EGALEMENT

Vendredi 7 février : à 17 heures, inauguration de la rue Lucie-Aubrac en présence d'Élizabeth Aubrac.

À 18 heures, concert de Boris Pélosof Trio à la mairie et vernissage de l'exposition de Véronique Leclerc.

À 20 heures, cérémonie d'ouverture.

À 20 h 30, projection de Raymond Aubrac, les années de guerres, suivi d'un débat au cinéma Hollywood.

Samedi 8 février : à 10 heures, projection de Résistance dans l'Amiénois, suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À midi, concert de Bertrand&... au salon de thé Chez Anouchka.

À 13 h 30, projection de La voix de Jean Moulin, suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À 16 heures, projection de 20 ans en août 1944 suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À 18 h 30, concert de Trio d'Vie au café La Cigale.

À 20 heures, projection de Les FTP-MOI dans la Résistance suivie d'un débat, au cinéma Hollywood.

Dimanche 9 février : à 10 heures, projection de La Résistance dans le Vimeu, suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À 11 h 30, projection de Jean Catelas suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À 14 heures, projection de Les jours heureux, suivie d'un débat au cinéma Hollywood.

À 16 h 45, concert de Quai des Brunes au cinéma Hollywood.

À 18 heures, cérémonie de clôture au cinéma Hollywood.

Ces rendez-vous sont gratuits.

 

 
 

Les petites salles zen face aux tarifs des multiplexes - Courrier Picard du 10 janvier 2014

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 11/01/2014 à 18h41

À Péronne, Ham ou Montdidier, la place à 4 € pour les jeunes lancée par les multiplexes début janvier n'est pas vue comme une menace.

Fabien Lheureux, du cinéma Hollywood Avenue de Montdidier, estime que petites et grandes salles sont « complémentaires » (Photo d'archives)

Une place pour les moins de 14 ans à 4 €. La nouvelle a dû amuser les petits cinémas de Haute Somme, qui pratiquent ces prix depuis longtemps déjà. « C'est notre tarif pour les étudiants, les demandeurs d'emploi et les plus de 60 ans, remarque Sylvain Arisio, directeur du cinéma Picardy, à Péronne. Et pour les autres, nous avons une offre pour dix places à 35 euros, pour laquelle nous demandons cinq euros de frais de gestion lors de la première souscription. Nous, nous sommes rentables avec ces tarifs, et vu le prix des places dans les multiplexes, ils doivent faire énormément de bénéfices. »

Les petits cinémas locaux de Haute-Somme pratiquent tous ces tarifs, le plus souvent 5 € en plein et 4 € en réduit. Mais jurent ne pas s'entendre entre eux. « On se voit régulièrement lors des réunions de l'Acap Pôle image Picardie, avance Fabien Lheureux, responsable du Hollywood Avenue de Montdidier, qui ne craint absolument pas que ces nouveaux tarifs ne dirigent les clients vers les multiplexes d'Amiens ou de Saint-Quentin. Si la fréquentation des grands cinémas augmente grâce à cette mesure, elle augmentera également chez nous, car nous sommes complémentaires et interdépendants. On ne peut pas faire du cinéma de quartier sans faire du cinéma de ville. Et on teste d'abord les films dans les multiplexes avant de nous les proposer. »
 

« Quatre pelés et un tondu »
 

Christèle Merveilleux, présidente de l'association Ciném'Ham, qui gère la salle du Méliès, a le même avis. « Je ne pense pas que les gens de Ham vont aller à Saint-Quentin à cause de cette mesure. Les gens qui n'ont pas de véhicule ne le peuvent pas, déjà, et pour une famille nombreuse, ça revient toujours nettement plus cher d'aller chez nous plutôt qu'au multiplexe. Avec des tarifs de 5 € pour les adultes et 4 € pour les moins de 14 ans, on reste beaucoup moins chers. On propose des films récents, et on peut donc tirer notre épingle du jeu. »

Sylvain Arisio, son confrère péronnais, l'a d'ailleurs remarqué : les tarifs attractifs de son cinéma attirent des gens des grandes villes. « Nous avons parfois des personnes qui viennent de Saint-Quentin, et nous avons même trois personnes de l'Amiénois qui se sont engagées avec l'abonnement. »

Autre avantage des petits cinémas, ces derniers peuvent proposer des animations originales. « Nous sommes municipalisés, ce qui veut dire que nous ne sommes pas là pour faire des bénéfices et que nous pouvons vendre notre convivialité, contrairement à un multiplexe, estime Fabien Lheureux. Nous organisons des séances de maquillage pour les enfants, des cinés-goûters. Et en avril, par exemple, pour le centenaire de la Grande Guerre, nous projetterons La Grande Illusion de Jean Renoir et Les Sentiers de la gloire, de Stanley Kubrick. »

Une programmation originale, qui ne paie pas toujours, malheureusement. « Nous avons essayé de faire des soirées ciné-club, le mardi soir, mais ça n'a pas marché, nous avions quatre pelés et un tondu, reconnaît Christèle Merveilleux. Et nous avons tout de même des comptes à rendre à la mairie, qui a rénové le cinéma. Nous essayons tout de même d'avoir le plus d'entrées possibles. »
 

BENJAMIN MERIEAU

A LIRE EGALEMENT

Privilégierez-vous

les multiplexes

avec la place à 4 € ?C'est un argument en effet... Je suis plutôt tournée vers Amiens parce que j'ai des places réduites au Gaumont avec mon comité d'entreprise. Mais je vais aussi au cinéma d'Albert. Je trouve que c'est cher pour la 3 D mais ça reste moins qu'à Amiens. Par contre là-bas il y a les friandises et les sièges sont étagés, c'est mieux pour les petits. D'un point de vue confort, pour le trajet, c'est plus pratique ici, à moins de vouloir passer l'après-midi à Amiens.Non, je préfère continuer à aller au cinéma de Montdidier, c'est le même prix pour les enfants. Et puis j'y suis fidèle, je trouve que c'est un très bon cinéma. Ensuite parce que je ne vois pas pourquoi j'irais dépenser de l'argent dans l'essence en allant jusqu'à Amiens, c'est inutile. Ce que j'aime justement c'est la proximité. Il faut aussi voir qu'à Montdidier, les places sont à 5€ pour les adultes, alors que c'est le double dans un multiplexe.Si j'ai le choix entre deux cinémas, je vais au moins cher, d'autant plus qu'il n'est pas facile de se déplacer. J'irais donc dans ce cas au cinéma Le Méliès, à Ham. J'ai deux enfants de 3 ans et demi et de dix-huit mois, et lorsque l'on va au cinéma à quatre, ça devient vite cher. J'aurais plutôt tendance à louer des DVD, car c'est plus économique. Mais je trouve quand même que c'est une bonne chose de faire des places à 4 € pour les moins de 14 ans.

 

 
 

Les jeunes cinéphiles comblés - Courrier Picard 02/01/2014

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 04/01/2014 à 17h34

Le troisième festival de dessins animés, Mon'Disney, a fait salle comble. 900 spectateurs sont venus en prendre plein les yeux durant une semaine.

Pour marquer la fin du troisième festival Disney, l'équipe d'animation du cinéma Hollywood Avenue a préparé un goûter avec les jeunes spectateurs.
Des petites grappes d'enfants sortent de la salle de cinéma ce mardi 31 décembre. Ils ont les yeux chaussés de lunettes 3D et un grand sourire accroché au visage. Pour eux, c'est la fin du troisième festival Disney, une semaine au cours de laquelle ils ont pu visionner toute une série de dessins animés, avec chaque jour des surprises.

« Nous sommes l'une des dernières petites salles dans la région, précise Fabien Lheureux, responsable du cinéma. Alors, si on veut durer, il faut être au plus proche de ses spectateurs, qu'ils soient grands ou petits. E t, apparemment, il y a un public pour les dessins animés Disney. Cette année, en une semaine, nous avons fait 900 entrées, c'est encore mieux que l'an dernier. »

Sur les trois années écoulées, quelques constantes se dégagent d'après les organisateurs. Il y a les grands classiques qui marchent toujours, comme Cendrillon . Mais, cette année, le plus vu est une nouveauté : La reine des neiges qui a fait un carton. Au box-office également, les nouveautés techniques comme Raiponce en 3D.

« C'est amusant et impressionnant », sourit Thalia, la frimousse maquillée en chat pour le dernier jour du festival. On a l'impression que la scène vient vers vous. Les papillons, on dirait qu'ils vont se poser sur votre tête. »

Au vu des résultats, Fabien Lheureux pense bien reconduire l'opération l'an prochain, surtout que le répertoire des dessins animés est inépuisable. « Il y a pas mal de grands classiques que l'on n'a pas encore programmé. En plus, ils sont remasterisés en numérique, ce qui donne une meilleure qualité de projection. »

Et ces films ne sont pas réservés qu'aux enfants. L'objectif pour l'équipe du cinéma est de faire venir toutes les générations. « La semaine, les enfants viennent avec les grands-parents, le week-end, c'est avec les parents. C'est une réussite pour nous. »

D'autres projets en discussion pourraient attirer les familles, comme un festival de contes avec Barbe bleue ou Peau d'âne. Un petit plus pour le cinéma qui n'a pas à rougir à côté des grosses structures. Près de 22 000 spectateurs ont pris place dans la salle noire en 2013.

 

 
 

Le cinéma fait son festival - Courrier Picard

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 26/12/2013 à 13h12

| MONTDIDIER |

Pour les petits et les grands enfants, le Festival Mon'Disney se déroule au cinéma durant une semaine. Le programme est complet.

Fabien Lheureux, gérant du cinéma municipal de Montdidier attend petits et grands pour huit jours dédiés aux dessins animés. (Photo d'archives)

Il est de retour sur grand écran. Le Festival Mon'Disney revient dans la salle obscure de Montdidier dès aujourd'hui, mardi 24 décembre et jusqu'au mardi 31 décembre. Du film d'animation, oui, mais pas seulement. Les organisateurs du festival ont pensé à tout : jeux, maquillages, photographies et goûters sont aussi au programme.

Ce rendez-vous aura deux temps forts qui conjugueront déguisements pour ceux qui le veulent, jeux concours et, évidemment, la diffusion de films. En l'occurrence, ceux des studios Walt Disney sortis en 2013. Avec ces temps forts, pas de Père Noël pour la photo, mais, là encore, des personnages créés par les studios Disney.

Enfin , deux dates sont à retenir : vendredi 27 décembre et dimanche 28 décembre, avec la projection des Garçons et Guillaume à table. Une comédie qui sera ponctuée d'une surprise. Rendez-vous à Hollywood.

C. La.

Le Festival Mon'Disney :

Les ateliers de maquillage auront lieu dans le hall du cinéma les mardis 24 et 31 décembre,

à 14 heures.

L'après-midi spécial « Petits Monstres » se déroulera le vendredi 27 décembre à partir

de 14 heures.

L'après-midi spécial « Petites Princesses » aura lieu le samedi 28 décembre, à partir de 14 heures.

Les « ciné goûter », marqueront les journées des samedi 28 et mardi 31 décembre

à 16 h 30.

Trois séances en 3D sont prévues, avec Monstres Academy, le vendredi 27 décembre à 14 h 30, La Reine des neiges, samedi 28 décembre à 20 h 30 et Raiponce, mardi 31 décembre,

à 14 h 30.

Pour les plus grands,

la comédie Les garçons et Guillaume à table sera projetée vendredi 27 et dimanche 29 décembre à 20 h 30.

Tarifs : 5 € (plein), 4 €.

Retrouvez tout le programme et le détail des après-midis spéciaux sur : hollywood-avenue.cine.allocine.fr.

 

 
 

Courrier Picard - Moment d'échange au cinéma ce soir

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 19/10/2013 à 17h46

| MONTDIDIER |  Courrier Picard du 17/10/2013

Un documentaire accessible à tous, des échanges sur le racisme autour d'un verre... Voilà le programme de ce jeudi soir au cinéma de Montdidier. Une formule inédite.

Fabien Lheureux, régisseur du cinéma, et Cécilia Monvoisin, coordinatrice pour l'association Zébulon d'Amiens, attendent le public pour cette soirée cinéma et échanges.
C'est un pari... Il faut essayer. J' ai envie de proposer des choses variées, nouvelles, dans ce cinéma. Quand l'association Zébulon m'a contacté, j'ai tout de suite accepté d'organiser avec eux cette soirée d'échanges autour d'un documentaire », explique Fabien Lheureux, régisseur du cinéma de Montdidier.

Ce jeudi soir, la salle projettera La mort de Danton, un documentaire bourré d'humour, qui traite pourtant de sujets beaucoup moins drôles : la discrimination et l'exclusion. « À partir de cette projection, nous proposons au public d'échanger ses impressions aussi bien sur le sujet que sur le documentaire. L'objectif est de réunir les gens autour d'un thème et d'un verre après la diffusion », précise Cécilia Monvoisin, chargée de projet pour l'association amiénoise Zébulon.

Une première expérience
 

Que ce soit pour l'association de la capitale régionale ou le cinéma local, ce type de soirée, hors des murs d'Amiens, est une première expérience. « Avec l'arrivée du cinéma numérique, il est possible de se lancer dans des expériences qui changent des blockbusters américains », s'enthousiasme Fabien Lheureux.

Pour ce test, le régisseur et l'association ont choisi un documentaire court, d e 60 minutes. « Ça laisse de la place au débat, à la discussion derrière. C'est d'ailleurs pour cela qu'on appelle cette opération Par Les Docs », note Cécilia Monvoisin.

D'autant plus qu'une structure locale est invitée à participer aux échanges.

Il s'agit du Point accueil écoute jeunes (PAEJ) de Montdidier, et sa représentante Anne-Véronique Manac'h (lire ci contre). « L'objectif est aussi d'impliquer les jeunes dans la discussion. Attention, il ne s'agit pas de faire la leçon à qui que ce soit. Il n'y aura pas de censure tant qu'il y aura du respect. L'important est que chacun puisse parler », affirment en cœur Cécilia Monvoisin et Fabien Lheureux.

Les opérations Par Les Docs devraient avoir lieu prochainement à Péronne également.

CÉCILE LATINOVIC



Ce jeudi 17 octobre, à 20 heures,

au cinéma Hollywood. Entrée gratuite. Projection suivie d'une discussion.

Verre de l'amitié offert. Informations auprès du cinéma, avenue Paul-Doumer.

Tél. 03 22 73 08 21.

Invités de la soirée : les jeunes de Montdidier


Anne-Véronique Manac'h, responsable du PAEJ de Montdidier, a accepté l'invitation à la soirée de ce soir. « Mais je ne viens pas seule », précise-t-elle. Elle sera accompagnée de professeurs, de médecins et d'une avocate. « Et même d'une jeune lycéenne qui viendra avec sa maman. Je pense que leur histoire en mouchera plus d'un », confie la responsable du PAEJ. Pour elle, les jeunes « doivent venir. Ils ne sont pas racistes, mais intolérants, souvent par manque de patience. La discussion leur fera du bien ».

 

 
 

Introduction pour une histoire des Cinémas du Santerre

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 

Publié le 18/05/2013 à 00h21

 

J'ai une bonne nouvelle.. Nous n'étions pas seul! difficile à croire!

et oui, j'ai retrouvé la trace d'une dizaine d'enseignes de cinémas de Montdidier à Roye en passant par Rollot.

La plus grande histoire des salles de cinéma "du coin" est probablement celle du Cinéma Hollywood Avenue anciennement baptisée "Cinéma-Théâtre" entre les années 30 à 80. Nous tenterons de vous présenter son évolution historique à partir des archives du cinéma et de la presse de l'époque.

Ce jour, je suis capable de vous informer de l'existence de différentes enseignes de Cinémas ayant exister dans le Santerre entre les années 20 à aujourd'hui, et comme on dit dans le Cinéma, c'est une exclusivité:

à Montdidier:

- Le Cinéma-Théâtre

-Le Modern Cinéma Héron

- Le Cinéma Théâtre des variétés

- L'Eden

- Le Cinéma-Parmentier

- Le Pathé Cinéma

- La salle Faidherbe

- L'Empire-Cinéma-Music Hall

- Le Pax-Cinéma-Théâtre

A Roye:

- Le casino

-Le Rex

- Le Grand Café Cinéma

- Le Café de la Renaissance - Maison Louis Gaumont

Nous essaierons d'identifier précisément ces lieux de diffusions cinématographiques avec le plus de détails possibles. Il s'agit de comprendre également comment toutes ces enseignes ont cohabité, interagi, disparu...

 

 

Je recherche tous témoignages, photos, documents qui viendraient alimenter notre recherche sur les cinémas du Santerre. A terme, nous souhaitons écrire la grande histoire de nos salles de cinémas et la publier.. Toutes les sources seront référencées (auteurs, donateurs..)

Mon adresse mail: cinemahollywoodavenue@sfr.fr

 
 

Interview RADIO FRANCE BLEU 10 MAI 2013

Commentaires

Ecrire un commentaire



Votre email ne sera jamais affiché, il sert simplement de vérification :
nous vous enverrons une confirmation de votre message.

Valider
 
Publié dans Revue de presse

Publié le 17/05/2013 à 19h53